Rechercher sur le site

Near miss effect (« presque gain »)

Le « near miss effect » (mal traduit en français par « presque gain ») est un artifice utilisé par les concepteurs de machines à sous pour donner l’illusion au joueur qu’il a presque gagné, et induire dans son esprit qu’il se rapproche de la « victoire » ou qu’il est dans une période de chance. Le joueur a perdu, mais on lui fait croire qu’il a presque gagné en lui laissant apercevoir la combinaison gagnante.

Le joueur se laisse séduire car il se replace instinctivement dans une situation connue d’apprentissage d’une tâche, comme par exemple lorsqu’il se perfectionne pour obtenir petit à petit un bon résultat en améliorant sa compétence. On peut aussi penser que l’excitation qui se produit lorsque l’on approche d’un but convoité est un instinct commun à tous les animaux, il suffit d’observer un chat qui s’approche d’une proie. Autre explication : Si le joueur voit se succéder un grand nombre d’échecs (ce qui est normal, ce sont les lois du hasard), il va se décourager et abandonner le jeu. Mais si on lui laisse espérer la victoire en camouflant ces échecs (par affichage des symboles gagnants), le joueur va continuer à jouer, excité ou encouragé par l’illusion de la proximité du gain.

Aucune compétence ne permet de contrer le hasard. En ce qui concerne l’excitation provoquée par la proximité du succès, cela remonte peut-être à l’époque préhistorique, lorsque les chasseurs affamés s’approchant de leur proie avaient besoin d’être stimulés pour procéder à la capture. Ceux qui sont motivés par les « périodes de chance », chacun raisonnera selon son vécu et ses croyances… Mais en ce qui concerne les machines à sous, seul le hasard décide, et les résultats sont contrôlés par les services officiels.

Voici quelques cas d’effet « near misses » programmés par les concepteurs de machines à sous :

  • La machine (à 3 rouleaux) peut afficher 2 symboles gagnants sur 3 sur la ligne horizontale (payline). Dans ce cas, la combinaison est perdante.  Si 2 symboles gagnants sur 3 sont alignés sur la payline, aucun raisonnement ne permet de prouver que l’on aura 3 symboles gagnants alignés au tirage suivant. La suite des tirages est due uniquement au hasard, on a la même probabilité de gain à chaque tirage. Il n’y a pas d’effet « mémoire » dans la sortie des tirages.
  • Autre effet plus subtil : la machine crée un faux suspense en arrêtant progressivement les symboles. Dans les machines mécaniques, l’arrêt progressif était dû à l’inertie des rouleaux. Mais dans une machine électronique, cet arrêt progressif n’est qu’un artifice visuel créé après le tirage au sort a choisi la combinaison (gagnante ou non). Dans ce cas, les 2 symboles gagnants sont placés à gauche, pour qu’ils apparaissent en premier lorsque les symboles semblent tourner et s’arrêter progressivement de gauche à droite. Et le dernier symbole à s’arrêter crée presque toujours une combinaison perdante (c’est le principe du « near miss« )
  • Une autre variante du « near miss » consiste à afficher des symboles gagnants sur la ligne en haut et la ligne en bas de la barre horizontale qui affiche des symboles perdants. La simple vue des bons symboles tout proches suggère (dans l’esprit des joueurs) que l’on est tout proche d’une combinaison gagnante. Hélas, seul le hasard décide du moment gagnant, et l’affichage en dehors de la barre horizontale est programmé par le concepteur de la machine plus fréquemment que le simple hasard l’imposerait, uniquement dans le but de laisser croire au joueur qu’il va bientôt gagner.

 

 

Depuis le début des années 1990, les machines à sous ne sont plus constituées de vrais rouleaux mécaniques qui tournent, avec une limitation du nombre de symboles imprimés due aux dimensions des roues : 20 symboles = 18 degrés par symbole = circonférence de la roue divisée par 10 pour leur hauteur. Grâce aux progrès de la technologie, les rouleaux sont maintenant « virtuels », ce sont des afficheurs individuels ou une portion d’écran. On peut donc afficher n’importe des dizaines de symboles différents à n’importe quel emplacement selon un algorithme inclus dans le logiciel, et la machine peut donc afficher plus souvent que la normale des symboles gagnants .

Les moments où apparaissent les combinaisons gagnantes sont décidés par le hasard (c’est la loi, et les machines à sous sont contrôlées). Mais le fabricant peut donner un coup de pouce pour provoquer des « near misses » plus fréquemment que si le hasard seul intervenait. Tout reste légal, puisque ces « near misses » sont des combinaisons perdantes. Mais dans l’esprit du joueur, ces « near misses » l’incitent à continuer le jeu, puisqu’il croit inconsciemment qu’après avoir « presque gagné », il va enfin gagner.

Aux Etats-Unis, la Commission des jeux du Nevada a imposé la mise à jour de 10 % des 122.000 machines à sous installées dans cet état. En effet, en 1988 une enquête avait démontré que le nombre de « near misses » était trop élevé, et qu’il contribuait à tromper les joueurs. Il a été prouvé que le joueur, en voyant s’afficher des symboles « presque gagnants » trop fréquemment, était incité à continuer à jouer parce qu’il pensait s’approcher du but.

La Commission avait constaté également que les symboles gagnants apparaissaient plus souvent dans les deux premières colonnes (à gauche) d’une machine à 3 colonnes. Cela induisait dans l’esprit du joueur que la dernière colonne allait bientôt s’aligner sur les deux autres, d’autant plus que les chiffres s’arrêtaient en commençant par la gauche, créant un faux suspense en attendant l’arrêt de la dernière colonne, alors que le résultat du tirage était déjà fixé. L’affichage progressif avec un effet de rotation n’est qu’une illusion créée après que le tirage au sort du résultat a été décidé.

Déclaration de l’avocat d’International Game Technology en 1989 : « Yes, we (at International Game Technology) have had subliminal inducements (to continue playing for a jackpot) above and below (the pay line), and people see things peripherally, and we have lights and we have blips and we have bells and we have loud toots and all kinds of things that help add to the enjoyment, » Pike said. « But we haven’t toyed with the pay line. »

subliminal inducement : incitation subliminale

L’avocat déclare qu’il n’y a pas de triche lorsque les symboles sont alignés sur la barre centrale (c’est la loi qui l’impose), mais qu’il y a des « incitations subliminales » pour le choix des symboles gagnants affichés plus haut et plus bas que cette barre (payline) !

Finalement, le constructeur des machines à sous a dû supprimer les « near misses » alignés avec la barre horizontale (payline), mais il a eu le droit de laisser apparaître des « near misses » en haut et en bas de cette barre. Les études universitaires sur l’effet du « near miss » en haut et en bas de la barre ont montré que ce procédé avait une réelle influence sur les joueurs (ils jouaient plus longtemps, influencés par l’illusion créée par ces symboles gagnants proches des symboles perdants). Aux Etats-Unis, il est interdit d’afficher des « near misses » alignés avec la barre horizontale (payline). Il faudrait vérifier si une telle loi existe en France.

 

 


Liens vers des études sur l’effet « near miss » :

 

Ce site utilise des cookies provenant de Google afin de fournir ses services, personnaliser les annonces et analyser le trafic. Les informations relatives à votre utilisation du site sont partagées avec Google. En acceptant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites.
Comment Google utilise les cookies
Si vous n'acceptez pas les cookies, vous pouvez simplement aller voir ailleurs ! Personne ne vous oblige à visiter MON site, je ne vous dois RIEN. Sans blagues...

Fermer